07/02/2019 – Comment inspirer, divertir et fidéliser grâce aux expériences touristiques sensorielles ?

Classé dans : Actualités, Marketing Olfactif, Non classé | 0

Les 29,30 et 31 janvier 2019, le Palais des Congrès de Cannes accueillera pour la première fois l’événement INTO DAYS, le nouveau rendez-vous de l’industrie du Travel. Réunissant acteurs privés et publics sous le prisme de l’innovation, la manifestation se veut fédératrice. TOM s’est entretenu avec Audrey Bernard, Fondatrice de Stimulation Déjà vu inc., qui partagera sa vision sur l’intérêt de proposer des expériences sensorielles touristiques aux voyageurs. Une opportunité, selon elle, d’inspirer, divertir et fidéliser grâce à un même produit.

Quel sera le thème de votre prise de parole lors des rencontres INTO DAYS ?

J’interviendrai à INTO DAYS pour aborder le sujet du marketing sensoriel. Plus précisément, il s’agira d’évoquer comment les acteurs touristiques peuvent mettre au point des expériences sensorielles pour les voyageurs. Le marketing olfactif est généralement associé aux parfums d’ambiance utilisés par exemple dans les centres commerciaux. Or, l’idée de mon intervention est de montrer aux acteurs du Tourisme comment ils peuvent exploiter des techniques similaires pour créer de véritables expériences sensorielles touristiques.

Ce type d’expériences doit donc faire appel aux 5 sens du voyageur ?

C’est possible, mais pas nécessaire. Je pense que les expériences olfactives se prêtent très bien à l’industrie du Tourisme. Contrairement au marketing olfactif qui consiste simplement à diffuser des parfums d’ambiance pour inciter à la consommation, l’objectif ici est de faire vivre une expérience au touriste. Il convient de préciser que l’odorat est le sens dominant chez l’Homme et la mémoire olfactive est étroitement liée à ses émotions. Lorsqu’un individu écoute une musique une fois, son cerveau est capable d’en garder le souvenir durant 1 à 3 mois. Pour une odeur, cela peut varier entre 3 ans et toute une vie. Proposer une expérience touristique olfactive est donc une opportunité de marquer le touriste à vie.

Il s’agit donc d’un levier de fidélisation ? 

Tout à fait mais c’est bien plus encore. Pour moi, l’avantage principal réside dans le fait qu’un même produit peut à la fois avoir une vocation promotionnelle, constituer une expérience lors du séjour et même servir de souvenir. Par exemple, nous testons avec Tourisme Montréal la commercialisation d’un coffret olfactif.

Installé dans l’office de tourisme de la ville, il permet par exemple au voyageur qui l’active de découvrir les odeurs du marché emblématique de Montréal, celle des églises de la ville ou encore de la nature environnante. L’idée est donc d’inspirer et d’inciter à découvrir. Une fois sur place, il pourra réutiliser ce coffret pour confronter les odeurs les plus marquantes in situ à celles reproduites par la boîte. C’est à ce moment-là qu’il vit une expérience touristique olfactive. Enfin à son retour de vacances, le voyageur pourra ouvrir ce même coffret et replonger dans les souvenirs de son voyage grâce aux odeurs. C’est un exemple parmi de nombreuses applications potentielles.

Hormis les destinations, pensez-vous que d’autres acteurs du Tourisme puissent mettre en place de telles expériences ?   

Créer des expériences olfactives touristiques est un véritable atout pour les destinations, mais la pratique s’applique tout à fait à d’autres verticales. Elles peuvent être déployées dans les transports par exemple afin d’améliorer le bien-être et le confort des voyageurs. Le secteur culturel s’y prête également en imaginant des expériences au sein d’un musée par exemple. Nous travaillons également avec un hôtel pour proposer une expérience olfactive personnalisée en chambre, un point que je développerai plus en détail sur la scène d’INTO DAYS.

De façon globale, le challenge pour chaque acteur est de trouver la façon la plus naturelle et pertinente d’intégrer cette expérience au sein de l’infrastructure. Par exemple dans un musée, il est possible de déclencher l’expérience par la voix ou via un capteur de mouvements. En revanche, ces dispositifs sont moins adaptés pour une expérience proposée au sein d’un avion.

Cet article provient du site : https://www.tom.travel/2019/01/07/into-days-comment-inspirer-divertir-et-fideliser-grace-aux-experiences-touristiques-sensorielles%E2%80%89/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − 13 =