29/09/2017 – TRIPTYQUE DE COLOGNES POUR ORIZA L. LEGRAND

Classé dans : Actualités, Boutique, Création de Parfum | 0

29/09/2017 – TRIPTYQUE DE COLOGNES POUR ORIZA L. LEGRAND

La maison française fondée en 1720, puis fermée en 1939, a pour habitude depuis son relancement en 2012 de rééditer ses anciennes formules.

Cologne Extra-Vieille, une composition aromatique et fraîche autour de la bergamote, du citron de Sicile, du romarin, de la bigarade, de l’écorce d’orange, de la fleur d’oranger, du cédrat, et de la lavande.

L’Eau de Corse, formule à base d’écorce d’orange amère, de bigarade, de myrte et de ciste « macérées dans un alcool de blé biologique ».

Et enfin La Fleur d’Oranger, un soliflore conventionnel et doux.

 

Eaux de Cologne, 165 euros / 300ml

Premières impressions
Une très jolie collection de colognes simples, mais élégantes et raffinées, avec une Cologne Extra-Vieille très acidulée autour de notes verveine-citron-orange qui évoluent vers un fond ambré musqué. L’Eau de Corse joue sur un effet végétal, vert, un peu amer et râpeux, qui tire vers le chypre. Enfin, La Fleur d’oranger s’enrobe d’un accord poudré, talqué, oriental, fidèle à la signature de la maison.

 

 

29/09/2017 – COMMENT FONCTIONNE L’ODORAT ?

Classé dans : Actualités, SCIENCES ET PARFUM | 0

29/09/2017 – COMMENT FONCTIONNE L’ODORAT ?

Que ce soit le parfum d’une rose ou l’arôme d’une madeleine, la perception des odeurs est très liée aux émotions. L’explication est… neuroscientifique, et tient à notre évolution !

Une odeur n’est jamais une simple odeur : elle procure des sensations immédiates, irrépressibles, aussi sublimes qu’épouvantables, et rameute les souvenirs. On ne peut ni la voir ni la toucher ni l’entendre, et pourtant, elle a le pouvoir d’accaparer à elle seule notre être entier. Comme si elle parlait directement à notre inconscient. Et pour cause : de tous nos sens, l’odorat est le plus viscéral, le plus animal.

Dans le cerveau des premiers vertébrés, la perception des odeurs occupait une place primordiale, et quand le cortex s’est développé, il y a 190 millions d’années chez les mammifères, ce fut d’abord pour traiter les informations olfactives : elles permettaient de repérer la nourriture, marquer un territoire, montrer qu’on était disponible à la reproduction…

L’odorat a perdu en importance au cours de notre évolution

Quand la vue a peu à peu supplanté en termes d’importance l’odorat chez nos ancêtres, ceux-ci se sont émancipés de ce mode de communication, préférant aux odeurs corporelles des senteurs artificielles, élaborées pour flatter le nez et s’élever au-dessus de leur animalité.

Sauf que l’odorat n’en est pas moins resté profondément ancré en nous. Il appartient à notre histoire, jusqu’à rameuter des souvenirs : le simple parfum d’une rose pouvant rappeler l’émotion d’un premier amour… Une odeur n’est jamais strictement une odeur, mais un monde. Comment est-ce possible ?

De la muqueuse nasale au cortex

Tout commence avec les molécules odo­rantes qui flottent dans l’air : elles se dissol­vent dans le mucus nasal, où elles cha­touil­lent les cellules olfactives. Celles-ci envoient en réponse des signaux nerveux au cerveau, qui passeront en chemin par des structures nerveuses liées aux émotions. Première étape : le bul­be olfactif, à l’avant du cerveau. Ici se trouve un cortex primitif, où 4 types de neurones, organisés en glomérules (pelotons), analysent les odeurs, opérant un premier classement en catégories, par exemple selon la longueur de la chaîne de carbone de la molécule.

A la différence de ce qui se passe pour les autres sens, cette information ne parvient pas ensuite directement aux aires conscientes du cerveau (situées dans le cortex supérieur), mais passe par des zones profondes, elles aussi primitives (hippocampe, amygdale, hypothalamus…), qui lui ajoutent une composante affective. A l’image de la madeleine de Proust (lequel ignorait que le goût tient pour 80 % à l’odorat), c’est seulement après avoir ressenti les émotions liées à nos souvenirs d’une odeur, que son identification devient consciente !

Cinq pour cent de nos gènes consacrés à l’odorat

Mais les gènes aussi font des odeurs une affaire intime : 950 d’entre eux (près de 5 % de notre génome !) régissent la fabrication des protéines réceptrices, permettant aux cellules olfactives de reconnaître les molécules odorantes. Différents d’une personne à l’autre, ces gènes expliquent les sensibilités toutes personnelles aux odeurs. On estime que le nez humain peut identifier 1000 milliards d’odeurs !

D’après Science & Vie QR n°16 « Nos cinq sens & leurs mystères »

26/09/2017 – L’odorat : nouvelle arme scientifique pour confondre les criminels ?

Classé dans : Actualités, SCIENCES ET PARFUM | 0

26/09/2017 – L’odorat : nouvelle arme scientifique pour confondre les criminels ?

JUSTICE – Jusqu’ici la police scientifique disposait de deux armes redoutables pour arrêter un suspect : l’ADN et les empreintes. Des chercheurs toulousains travaillent sur une « éponge à odeurs », capable d’emprisonner des indices olfactifs.

http://www.lci.fr/france/l-odorat-nouvelle-arme-scientifique-pour-confondre-les-criminels-2065389.html

 

25/09/2017 – 4 endroits parfaits où vaporiser votre parfum

Classé dans : Actualités, SCIENCES ET PARFUM | 0

25/09/2017 – 4 endroits parfaits où vaporiser votre parfum

Si Coco Chanel nous donnait le conseil de nous parfumer “où l’on souhaite être embrassée”, c’est qu’il n’y a rien de plus sensuel qu’une subtile fragrance vaporisée sur la peau. Mais encore faut-il rester parfumée tout au long de la journée. Voici quatre zones du corps auxquelles on ne pense pas mais à privilégier lors de l’application d’un parfum.

L’INTÉRIEUR DES COUDES
Grâce à la chaleur et au mouvement des coudes, le parfum est parfaitement et subtilement diffusé autour vous. Attention à attendre que la fragrance sèche convenablement avant d’enfiler des vêtements.

DERRIÈRE LES OREILLES
Un parfum libère toutes ses senteurs sous l’effet de la chaleur. La zone qui se situe derrière les oreilles est idéale pour accueillir une fragrance puisqu’elle est réchauffée par le lobe. Votre chéri(e) pourra profiter de toutes les subtilités de votre fragrance à chaque fois qu’il/elle vous enlacera…

LES CHEVEUX
Les cheveux retiennent toutes les odeurs. Raison pour laquelle la chevelure s’avère un endroit stratégique pour y vaporiser du parfum. Mais attention, l’alcool présent dans le parfum peut abîmer les cheveux. Notre conseil: en appliquer sur un peigne à cheveux plutôt que directement sur votre chevelure.

L’INTÉRIEUR DES GENOUX
Surprenant, non? Et pourtant, cet endroit est parfait si vous avez pour habitude de porter des vêtements plutôt courts. Vaporisez un peu de votre parfum préféré dans les creux de vos genoux. Lorsque vous croiserez vos jambes, l’effluve se diffusera dans les airs. Tellement agréable…

https://www.femmesdaujourdhui.be/beaute/4-endroits-parfaits-ou-vaporiser-votre-parfum/

22/09/2017 – Vuitton lance ses étuis de voyage pour flacons de parfum

Classé dans : Actualités, Lancement Produit | 0

22/09/2017 – Vuitton lance ses étuis de voyage pour flacons de parfum

Louis Vuitton a imaginé un luxueux écrin en cuir pour transporter ses non moins luxueux flacons.

 

Un an après le lancement de son parfum, la maison française propose une gamme de précieux étuis ornés de son célèbre monogramme, mais également déclinés en noir, en blanc et en rose pâle.

D’abord conçus pour protéger Les Parfums Louis Vuitton, une collection olfactive sur le thème du voyage, ils peuvent néanmoins contenir des flacons de 100ml et 200 ml de forme similaire ou bien des tubes de crème, de lotion et autres onguents.

Le premier parfum de la collection LV a été concocté par le maître parfumeur Jacques Cavallier Belletrud.

 

21/09/2017 – PRÊTE POUR UNE THÉRAPIE OLFACTIVE ?

Classé dans : Actualités, Création de Parfum | 0

21/09/2017 – PRÊTE POUR UNE THÉRAPIE OLFACTIVE ?

Prolongement de soi, carte de visite à l’attention de l’autre, le parfum peut aussi être un véritable moteur de bien-être. Et si notre nouveau coach, on l’avait dans la peau ?

Choisir son premier parfum, seule, sans prescription parentale, n’est pas un acte anecdotique. S’émanciper de l’odeur de la mère, catapulter l’héritage, opter pour la singularisation est l’aboutissement d’une introspection dont le mode «climax» survient généralement à l’adolescence, entre autres mutations dont les albums photos sont les odieux témoins.

Quand on est ado, se parfumer n’est pas une question de mots, de notes, il s’agit davantage d’une expérience intuitive, au carrefour du goût et de la promesse scandée par les campagnes de pub. En grandissant, les fragrances permettent de sculpter les personnalités, devenant porte-paroles d’ambitions et de changements très intimes. Comprendre sa sensorialité, c’est dix ans de psy de gagné.

Et vous, comment choisissez-vous votre parfum ?

Notre parfum, cet ambassadeur invisible ? Pour Lilou Fogli, 36 ans, actrice et cofondatrice des cosmétiques Château Berger, les parfums sont source de bien-être avant tout : «Il y a les parfums que l’on porte, mais aussi ceux qui nous rappellent les personnes que l’on aime. Croiser l’odeur d’un parfum pour bébé comme Biolane me replonge dans les premiers jours de la maternité. Si je respire sur quelqu’un le parfum de ma moitié, L’Homme de Guerlain, je vais tout de suite me sentir rassurée.»

Anna, 39 ans, est architecte et a déjà un CV olfactif bien rempli. « Bercée enfant par les notes chyprées d’Aromatics Elixir de ma mère j’ai ensuite toujours porté des parfums qu’on a dit «pas de mon âge» : Trésor de Lancôme a 14 ans, N°5 de Chanel a 25. A la naissance de ma fille, j’ai opté pour la Petite Robe Noire, le premier parfum qui me convenait réellement. Je pense que mes choix passés me donnèrent l’assurance dont je manquais à l’époque».

Jérémie, 46 ans, préfère, elle, les jus d’homme, les notes boisées cuir, le vétiver d’Inde, le cèdre. Antiquaire, elle porte à fleur de peau ces matières rappelant les belles choses, faisant écho à sa sphère professionnelle à dominante masculine. «A 17 ans j’empruntais Fahrenheit de Dior à mes amours de lycée. J’ai ensuite porté Égoïste de Chanel puis le Galion 222, une eau mixte, réédition des années 30, oscillant entre bois de cachemire, musc blanc et bois de santal. Je me tourne de plus en plus vers les parfums rares, dits de niche. Je pense que mon métier et mes choix de fragrances sont en adéquation».

Quant à Odette, 69 ans, elle a abandonné il y a quelques années Shalimar auquel elle fut fidèle toute sa vie pour Fatale Pink d’Agent Provocateur «J’ai d’abord été séduite par son flacon réhaussé d’un cabochon. Puis par ses notes anciennes, florales, la poire, le yuzu, le camélia. Cela m’évoque les tissus riches du temps où j’étais costumière à l’Opéra. C’est un véritable parfum de jouvence pour moi et il me donne des ailes ».

La gestuelle secrète du parfum

Un jus pour séduire pschitté au creux du coup, une brume pour sceller l’appartenance à une tribu, un sillage pour tromper l’âge ou rendre son entourage fou… merci Suskind ! Et si la réalité n’était pas si éloignée de la friction ? Dans son étude 2017 intitulée «Le Codex des Gestuelles», la société de distribution et de packaging Aptar Beauty + Home, met en exergue le répertoire silencieux des usages, ces gestes de parfumage capables de traduire les caractères. «S’ennuager»? Plonger dans le bonheur. Le «smellfie» ? Sentir son poignet imprégné symboliserait le culte de sa propre odeur, l’ego et les odeurs sûrement.

Le choix d’un parfum et la manière dont on se l’approprie ne sont jamais déconnectés de l’instinct, et pour cause. Respirer une odeur c’est d’abord solliciter son système limbique, épicentre des émotions, et générateur de plaisir ou de refus. En parallèle voilà que la mémoire olfactive rentre en scène. La lavande, c’est un aller simple pour les plaisirs de l’enfance, la quiétude et donc un précieux allié pour pactiser avec Morphée. A l’évidence, tout l’art d’un nez réside dans cette faculté à humer le temps et les âmes pour mieux les enflaconner.

Les pros nous livrent leurs secrets

«Quand je crée un parfum je m’adresse à la part intime de mes clientes, explique Jacques Cavallier, maître parfumeur Louis Vuitton. Mon rôle c’est de ciseler une colonne vertébrale sans toutefois omettre les dualités de l’homme… Dans la parfum Matière Noire par exemple le bois de oud sombre côtoie la fraicheur du cyclamen, c’est ce qui crée ce jus binaire. Ensuite il y a bien sûr la magie des proportions qui va sublimer la femme qui porte la fragrance. Je me décris souvent comme un médecin des âmes.»

Andrea Maack est une artiste islandaise dont le travail se place au carrefour de la mode et de l’art, comme en témoigne son Instagram à tomber. Pour faire émerger sa première ligne de parfums, le processus fut différent. «Parce qu’artiste, je commence par des dessins et je me focalise sur un sentiment, les ingrédients n’interviennent qu’ensuite. C’est ce qui fait que mes fragrances soient si personnelles et racontent, chacune à leur manière une histoire différente capable de booster la confiance de celle qui les porte.» Du bonheur pur jus en somme.

«Aromacologie» : ces parfums qui rassurent

Certains parfums sont un passeport immédiat vers le bien-être. Les notes gourmandes et fruitées sont celles du souvenir, de l’enfance et de l’oisiveté. Rien de tel que des accords guimauve, pomme d’amour ou dragée (Réminiscence, Lolita Lempicka) pour avoir l’impression de croquer dans une Madeleine de Proust. Avec ses notes de poires, de mandarine et d’amande amère, Girl of Now, le nouveau Elie Saab, est un macaron à la pistache addictif, un vrai pschiit d’happiness therapy. Les muscs blancs, présents par exemple dans La Fille de l’air Iris, le nouveau Courreges, évoquent davantage la sensualité, la virginalité, l’odeur de la peau (naturellement pourvue de muscs) et du propre, pour une vraie sensation de chaleur et de protection. Tout comme d’ailleurs ces odeurs inscrites dans l’inconscient collectif : qui n’a jamais été transporté de bonheur en respirant la crème de la petite boîte bleue Nivea, le sillage d’une laque de cheveux Elnett, voire d’une colle de cour d’école Cléopâtre ?

http://www.leparisien.fr/laparisienne/beaute/bien-etre/parfums-prete-pour-une-therapie-olfactive-14-09-2017-7260153.php