25/04/2019 – On a testé la 4DX et c’est assez bluffant!

Classé dans : Actualités, Marketing Olfactif | 0

© Kinepolis Kirchberg

La 4DX débarque au Kinepolis du Kirchberg avec l’ambition de plonger le spectateur au coeur de l’action. On l’a testé et on a trouvé ça bluffant. 

C’est une première au Grand-Duché: le cinéma Kinepolis Kirchberg s’est doté d’une salle dédiée à la 4DX, une technologie simulant les mouvements et les effets atmosphériques vus dans un film. Vent, eau, odeurs, lumière, vibrations… l’expérience se veut ainsi « quadridimensionnelle ». Invité ce mercredi 24 avril à découvrir le concept, on a eu droit à une démonstration d’une demi-heure.

CE QUE RTL EN PENSE

Entrons tout de suite dans le vif du sujet et parlons des détails techniques ensuite. On a été projeté en pleine course-poursuite dans un clip, puis dans une scène de Spider-man: Homecoming et enfin, dans une bataille d’Avengers : Endgame (spoiler bonjour !), le nouveau film Marvel sorti cette semaine. Bien sûr, tous ces extraits ont été choisis pour nous procurer le plus de sensations possibles.

Et effectivement, ça bouge ! On se croirait presque dans une attraction d’Europa Park. Si vous n’aimez pas être bousculé, l’expérience n’est pas faite pour vous. On tangue de gauche à droite, le siège vibre à chaque accélération d’un véhicule à l’écran ou lorsque des épées s’entrechoquent. Elle se bloque lorsque l’action s’interrompt à l’écran (ce qui donne même plus de profondeur aux scènes d’accalmie). Le héros se prend une flèche dans le cou ? Au même moment, un trait d’air jaillit derrière notre tête. La tempête approche en pleine bataille ; les éclairs sont reproduits dans la salle par les stroboscopes.

On sent la terre, sur laquelle les héros sont en train de se battre. On sent le vent. On sent la pluie fine (n’ayez crainte, pas besoin d’un bonnet de bain) qui commence à tomber sur le champ de bataille. On sent presque les coups portés. Tout nous a semblé parfaitement synchronisé et l’effet global dégagé par cette petite séance nous a franchement emballé. Certes, durant trois heures (la durée d’Avengers: Endgame), l’expérience est sans doute d’un relief différent…

Vient la question du coût qu’une séance en 4DX représente pour le cinéphile: 6 euros supplémentaires, soit 17 euros pour une séance en 2D. Ce n’est pas rien, certes, surtout lorsque l’on veut en profiter en famille, mais il faut -à nos yeux- considérer une séance en 4DX comme une attraction autour d’un film que l’on a ciblé. Ainsi, le prix nous semble assez justifié.

PLUS D’UN MOIS DE TRAVAUX


©Kinepolis België

Il a fallu 35 jours pour transformer une salle de projection « classique » en une salle dédiée à la 4DX au Kinepolis Kirchberg. Tous les sièges ont dû être remplacés par des fauteuils dynamiques, lesquels bougent et projettent de l’air, de l’eau et des odeurs en fonction des scènes projetées à l’écran.VIDEO: Une salle du cinéma a été totalement adaptée à la 4DXPlayMuteMuteCurrent Time1:05/Duration Time1:05Loaded: 0%Progress: 0% FullscreenHDTrente-cinq jours ont été nécessaires à la transformation de la salle de cinéma.

Des ventilateurs et des stroboscopes ont été fixés aux murs. « On peut vous faire vivre une tempête! » s’amuse Bob Clayes, directeur recherches et développement pour Kinepolis. Enfin, deux locaux techniques ont été construits pour épurer l’eau et comprimer l’air.

Le groupe ne communique pas sur le coût de ses investissements, tout juste savons-nous qu’une salle 4DX représente un coût 10 fois supérieur à celui d’une salle classique. Les cinéphiles peuvent d’ores et déjà profiter de cette technologie au Kirchberg.

PAS POUR TOUT LE MONDE

La 4DX ne convient pas à tout le monde. Concrètement, elle est déconseillée aux femmes enceintes et aux personnes souffrant de problèmes de santé  (hypertension, troubles cardiaques). Les enfants de moins de 4 ans et de moins d’un mètre ne sont pas autorisés. VIDEO: Bob Clayes: « Ce n’est pas le futur du cinéma »Play VideoLe directeur recherches et développement pour Kinepolis nous parle de la 4DX.

Kinepolis n’est pas le premier à proposer cette technologie. Les cinémas Pathé et Gaumont l’utilisent depuis plus de deux ans. Dans la Grande Région, le cinéma Gaumont d’Amnéville propose ainsi des séances en 4DX.

« Nous n’étions pas parmi les premiers car nous étions sceptique » reconnaît le directeur recherches et développement pour Kinepolis. « Nous nous demandions si cela ne faisait pas trop « parc d’attraction » mais les retours des spectateurs sont vraiment très bons. »VIDEO: « Amplifier l’expérience cinématographique »Play VideoMaud Franz, manager du Kinepolis Luxembourg.

LES RÉALISATEURS PARTICIPENT AU PROCESSUS

Pour proposer de la 4DX à la sortie d’un film au cinéma, les réalisateurs et les studios de postproduction ont dû s’habituer à collaborer plus en avance. Ainsi, les cinéastes envoient une copie de leur long-métrage dans les bureaux de 4DX à Los Angeles, lesquels programment tous les effets désirés étape par étape en collaboration avec le réalisateur.

Une fois validé, le dossier synchronisé est envoyé aux salles de cinéma en même temps que les copies numériques cryptée (DCP), qui, elles, contiennent les versions 2D et 3D. Plus de 600 salles dans plus de 60 pays proposent actuellement la 4DX.LES PLUS LUSLuxembourgL’essence et le diesel seront plus chers la semaine prochaineL’essence et le diesel seront plus chers la semaine prochaine

cet article provient du site : RTL : https://5minutes.rtl.lu/culture/cine-series/a/1338461.html

24/04/2019 – GLACES : CAMEMBERT OU SAUMON, DÉCOUVREZ LES PARFUMS TENDANCE DE CET ÉTÉ

Classé dans : Actualités | 0

Crédit photo : Pixabay

Finis les parfums ultra-classiques genre chocolat, vanille, pistache ou fraise ! Les glaces sont désormais beaucoup plus originales que ça, et il va falloir s’y faire pour cet été !

Quel est votre parfum de glace préféré ? Difficile à dire… il faut choisir entre menthe-chocolat, caramel au beurre salé, vanille de Madagascar ou nougat. Et plus les années passent, plus les glaciers proposent de nouveaux parfums qui rendent difficile de prendre une décision une fois le moment venu de savourer un bon cornet. 

Mais cette année, les fabriquants de glace n’iraient-ils pas un tout petit peu trop loin ? Une enseigne toulousaine a en tout cas décidé de proposer des parfums très originaux pour cet été. Au programme : une glace au camembert, une autre parfum saumon-aneth ou encore une troisième au goût concombre ! Envie de tester ? 

Une glace pour l’apéro !

Selon les gérants de ce glacier, l’idée est de proposer des parfums originaux pour épater ses convives ou ses amis. Vous pourrez désormais vous rendre à un apéro en amenant des glaces au fromage, à la place des indémodables et beaucoup trop classiques cacahuètes. Les recettes sont artisanales et vont combler tout le monde : on trouve notamment des glaces chèvre-miel, cèpes, courge butternut ou encore concombre-estragon. Pas d’inquiétude, les parfums classiques restent toujours disponibles pour les plus frileux ! 

Cet article provient du site internet : https://www.latina.fr/news/glaces-camembert-ou-saumon-decouvrez-les-parfums-tendance-de-cet-ete-37525

23/04/2019 – Pour encore plus de chocolat…

Classé dans : Actualités, Boutique, Lancement Produit | 0

Alors la chasse aux oeufs et la dégustation étaient bonnes ? Vous désirez encore plus de chocolat aujourd’hui, vous en avez pas eu assez ?

HBES a la solution qu’il faut pour les amoureux de chocolats ! En effet depuis plus de 15 ans maintenant, ainsi, grâce à son expertise, à son équipe de parfumeurs, les fameux « nez » et à sa riche collection de parfums issue de la haute parfumerie grassoise développée au cours de ces dernières années pour répondre aux besoins de ses multiples clients, HBES crée l’ambiance olfactive qui vous correspond et vous permet de communiquer par l’odorat.

Pour vous, addict aux chocolats, HBES propose un parfum intérieur Chocolat Noir, 100% de cacao, ce parfum dégage une odeur d’amertume vaporeuse et très tenace et apporte une note poudrée, légèrement épicée. Une odeur comestible pour petits et grands.

Une fragrance douce, chaude et gourmande qui excite vos papilles. Un luxe séduisant. 

Vous pourrez retrouver toute notre collection de parfums d’intérieur bientôt sur notre boutique en ligne. Attention tenez-vous prêts !


19/04/2019 – Dans un restaurant à Bordeaux, le client n’a pas le droit d’utiliser ses cinq sens pour le dîner

Classé dans : Actualités | 0

Samedi 6 avril, à l’occasion des Journées nationales tourisme et handicap, le chef Adrien Ferran propose un dîner spécial à Bordeaux autour des cinq sens, avec quelques surprises.

En octobre 2018, le restaurant Tables de Vatel avait concocté un dîner "dans le noir".
En octobre 2018, le restaurant Tables de Vatel avait concocté un dîner « dans le noir ». (©Tables Vatel)

Pour sensibiliser le grand public à l’occasion des Journées nationales tourisme et handicap, le chef bordelais Adrien Ferran a eu une idée originale : ce samedi 6 avril 2019, dans le restaurant Tables de Vatel à Bordeaux, il propose aux clients de se mettre tour à tour dans la peau d’un anosmique (absence d’odorat), d’un sourd, d’un aveugle puis d’un muet.

Quatre plats, quatre expériences différentes

Durant l’intégralité du dîner, il n’y a que le goût que les gourmands ne perdront pas au fil des quatre plats. L’expérience démarre par la mise en bouche, dégustée sans pouvoir utiliser son odorat. Ensuite, l’entrée se mange sans l’ouïe, puis le client est privé de la vue pour le plat principal, avant de perdre la parole pour le dessert. 

Pour ce repas spécial, Adrien Ferran met à l’honneur quatre produits de saison : l’asperge, le veau du Gers, le fruit de la passion et le Beaufort. Attention de ne pas perdre l’appétit en cours de repas !

Cet article provient du site internet : https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/bordeaux_33063/dans-restaurant-bordeaux-client-na-pas-droit-dutiliser-cinq-sens-le-diner_22773632.html

18/04/2019 – DE L’ORANGER À L’YLANG, DU COOL AU CUIR, GUERLAIN MULTIPLIE LES NOUVEAUTÉS

Classé dans : Actualités, Création de Parfum | 0

Après trois Aqua Allegoria en mars dernier, ce sont pas moins de six nouvelles créations qui rejoindront les collections existantes avant l’été. D’ici juin, Guerlain lancera ainsi deux féminins, un masculin, et trois exclusifs.

Après sa dernière version Intense, la gamme « Shalimar Souffle de Parfum » (lui-même flanker de Shalimar) accueille une quatrième variation. Comme son nom l’indique, Shalimar Souffle d’oranger célèbre l’oranger sous toutes ses formes, réinterprétant « la sensualité de Shalimar » avec « une touche joyeuse, pétillante et innocente », selon la marque. Le petitgrain (soit les feuilles et rameaux de l’arbre), vert et frais, ouvre la composition avec la bergamote et la mandarine, avant d’être relayé par les notes plus solaires du néroli et du jasmin Sambac, puis par la richesse de l’absolu de fleur d’oranger, de la vanille et du santal.

Ma Robe plissée s’ajoute au vestiaire de La Petite Robe noire. Cette interprétation « capture l’élégance innée de la Parisienne en vacances sur les bords de Seine ». Décrite comme « florale verte, fraîche et joyeuse », elle marie agrumes, notes vertes, amande, abricot, rose, muscs blancs et patchouli.

Pour L’Homme idéal Cool, les parfumeurs maison Thierry Wasser et Delphine Jelk ont retravaillé « l’irrésistible amande, signature olfactive de L’Homme idéal » grâce à un « accord rafraîchissant » (bergamote, orange, menthe, anis étoilé), un « accord charmant » (amande, néroli, notes aquatiques), et un « accord élégant » (vétiver, patchouli, ambroxan).

Dans la collection « Maison », l’Eau de bain rejoint l’Eau de lit, l’Eau de lingerie et l’Eau de cashmere. S’inspirant de « la gestuelle raffinée des eaux de toilette du XIXe siècle, dont on versait jadis quelques gouttes dans la baignoire », elle allie bergamote, fleur d’oranger, amande, muscs et vanille, pour une composition « rafraîchissante et relaxante ».

Du côté des exclusifs, la gamme des « Absolus d’Orient » s’enrichit avec Cuir intense. Dans ce « cuir à fleur de peau », des « notes sombres cuirées-boisées » sont associées à l’osmanthus, une fleur aux nuances abricotées mais aussi légèrement cuirées, au bois de santal, au cèdre et au tabac.

Enfin dans la série « L’Art et la Matière », arrive Embruns d’ylang. Pour célébrer cette fleur qui n’a « que rarement tenu le rôle principal ou obtenu une tête d’affiche dans un parfum », souligne Guerlain, Thierry Wasser a choisi une essence d’ylang-ylang des Comores. Ses facettes épicées sont soulignées par le clou de girofle, tandis que son « tempérament volcanique » contraste avec des embruns iodés et des notes boisées, afin d’évoquer « un rayon de soleil filtrant au travers d’un horizon menaçant ».

— 
Shalimar Souffle d’oranger
Eau de parfum 50ml/100 euros, disponible en mai

La Petite Robe noire – Ma Robe plissée
Eau de toilette 30ml/62 euros, 50ml/81,50 euros, 100ml/115 euros, disponible le 1er juin

L’Homme idéal Cool
Eau de toilette 50ml/71 euros, 100ml/98 euros, disponible en mai

Eau de bain
Eau de toilette 125ml/85 euros, disponible depuis avril

Cuir intense
Eau de parfum 125ml/159 euros, disponible en mai

Embruns d’ylang
Eau de parfum 75ml/205 euros, disponible en juin

Cet article provient du site internet : https://www.auparfum.com/de-l-oranger-a-l-ylang-du-cool-au-cuir-guerlain-multiplie-les-nouveautes,4400

17/04/2019 – Thomas Denis a perdu le goût et l’odorat mais pas l’envie !

Classé dans : Actualités | 0

CRÉDIT PHOTO MARTINE LAINÉ

Propos recueillis par JAMES ODVART 

Thomas Denis s’est rappelé au bon souvenir des longues chevauchées. Échappé sur les routes de la première étape du Triptyque des Monts et Châteaux (2.2), le sociétaire du Vendée U a eu le loisir d’avaler de nombreux kilomètres en tête de course. Et cette journée passée à l’avant n’a rien d’anodine pour un coureur qui revient de loin après sa terrible chute survenue sur le Tour de l’Avenir 2018 (lire ici).  »J’ai eu une double fracture occipitale à la tête et trois hémorragies au cerveau. Du coup, ça fait drôle et peur. Je n’ai pas de souvenir de la chute, mais depuis, j’ai perdu le goût et l’odorat. Ça laisse des séquelles », explique-t-il à DirectVelo.

Pour parvenir à retrouver son meilleur niveau, Thomas Denis a connu une rééducation qui s’est apparentée à une longue traversée du désert. Pendant plusieurs semaines, il a erré à la recherche du temps perdu et de ses sensations.  »C’est déjà bien revenu. J’ai repris le vélo très tôt, dès octobre. Mais je suis vraiment reparti de zéro. Pour avoir un niveau potable et même pour rouler avec les copains, c’était compliqué. Heureusement, depuis le début de la saison, ça va plutôt bien », apprécie-t-il.  

« LE COUTEAU ENTRE LES DENTS »

Dans ces conditions, Thomas Denis a apprécié passer la journée à l’avant en Belgique. En dépit d’un crédit de près de six minutes d’avance accordé par le peloton, cette échappée en compagnie de Liam Slock (GM Recycling) et de James Fouché (Team Wiggins-Le Col) ne s’est pas avérée être un long fleuve tranquille.  »Avec le vent de face, les relais revenaient très souvent. A cinq ou six, je pense que ça aurait été jouable, même si le peloton ne nous aurait pas forcément laissé autant d’avance. Là, c’était compliqué à trois. On y a laissé pas mal de plumes ». Au final, le coureur originaire de Bignan (Morbihan) n’a jamais réellement pensé à la victoire (voir classement).  »Le mec de la Wiggins y a plus cru que nous. Nous, on était un peu juste. Il nous mettait vraiment mal », souffle-t-il.

Le bilan de la journée est malgré tout positif pour le Breton, qui a pu se rassurer quant à sa condition physique et sa rééducation. Il a pu accumuler de la confiance.  »Ça fait quelques semaines que je suis en galère, donc j’avais besoin de me rassurer au niveau de mes sensations. Prendre une échappée, ça faisait partie des petits objectifs atteignables que je me fixais ». Sur la deuxième étape de ce Tryptique des Monts et Châteaux, un contre-la-montre individuel, ils ne seront que quatre du Vendée U à prendre place sur la rampe de départ. Pourtant, aucun abandon n’a été à déplorer pendant cette première journée.  »L’équipe est sur trois fronts. Il y a aussi le Tour du Maroc et la manche de Coupe de France DN1. Il y a également des blessés. On se retrouve à quatre, mais avec la même envie de briller et d’accrocher des résultats. Il ne faut pas se dire que ça part mal parce que l’on est que quatre. Il faut avoir le couteau entre les dents », conclut-il. 

Lire la suite : https://www.directvelo.com/actualite/73136/thomas-denis-a-perdu-le-gout-et-l-odorat-mais-pas-l-envie

l’article provient du site internet : https://www.directvelo.com/actualite/73136/thomas-denis-a-perdu-le-gout-et-l-odorat-mais-pas-l-envie